Son Éminence Ratna Vajra Sakya à Biarritz:

du 22 au 23 mai 2014



PROGRAMME:
Jeudi 22 mai
ENSEIGNEMENT «Introduction, à la triple vision (Virupa)»
Vendredi 23 mai
INITIATION «Vajrapani Bhutad amara»


Lieu :
Les enseignements auront lieu de 10h à 12h et de 15h à 18h : 4, rue Boussingory Biarritz

Le Jeudi 22 mai à 20 h 30 au Colisée 11 av. Sarasate Biarritz :
CONFÉRENCE PUBLIQUE «Ecologie, impermanence et bouddhisme»

Tarifs :
2 jours + Conférence, Tarif normal : 50 euros / Tarif Adhérent : 40 euros
1 jour, Tarif normal : 30 euros / Tarif Adhérent : 25 euros
Conférence Publique, Tarif : 5 euros



Son Éminence Ratna Vajra Sakya à Biarritz:

du 27 au 31 juillet 2011 tous les jours de 18h30 à 21h00



Pour téléchager le forumlaire d'inscription: cliquer ici...

Le Fils aîné de Sa Sainteté Sakya Trizin, Khöndung Ratna Vajra, enseigne pour la première fois en France.
Son Éminence a complété brillamment le cycle d'études traditionnelles qui incluent l'étude extensive des Sutras et des Tantras. Bien que jeune, Il possède une pratique profonde et toutes les qualités d'un maître authentique. Pour sa visite au centre Sakya Thukje Ling de son Noble Père, il a choisi un programme original. C'est une grande chance, pour tous pratiquants, de recevoir des enseignements et des initiations de Son Eminence, l'un des plus éminents Maîtres Bouddhistes de la jeune génération.

27 Juillet 18h30-21h00: Initiation de Bouddha

Initiation extraite de La Guirlande de Joyaux du Bodhisattva (Tib. Jangchub Sempe Norbu Trengwa) du Maître Atisha. La lignée de transmission de cette initiation remonte à Narthang Sangyé Gompa Sengé, un disciple de Palden Drolmo Che, qui l'a ensuite transmise à son disciple principal, Narthang Parchin Chenpo Namkha.
L'enseignement du Bouddha se compose de douze divisions, comme les sutras, les narrations en vers, les stances, les expressions solennelles, les légendes, les situations originales, les histoires des naissances successives (sanskrit:jataka) etc. Ces différents types d'enseignements forment le tripitaka.
Une fois la transmission reçue, chacun peut étudier, contempler et méditer sur les Douze Corbeilles du Canon Bouddhiste. Et pratiquer la doctrine en accord avec les Dix Chemins de la Devotion aux Canons Bouddhistes.

28 Juillet 18h30-21h00: Transmission des Voeux de Refuge et de Bodhisattva


Ce qui différencie un non-bouddhiste d'un bouddhiste est la prise de Refuge. . Elle est la racine d'où sont issus tous les autres v½ux bouddhistes, ceux de libération personnelle, de Boddhisattva et du Véhicule de Diamant.
Il y a trois motivations à prendre refuge: la peur de la souffrance, l'aspiration à s'en libérer, l'aspiration altruiste et superieure à aider tous les êtres à atteindre l'Éveil insurpassable.
Prendre refuge c'est avoir une confiance, une foi raisonnée en le Triple Joyaux : Le Bouddha historique qui a montré l'exemple. Son Enseignement, Dharma qui décrit la Voie de la libération. Et la Samgha ou Assemblée des Êtres qui ont réalisé l'Éveil.
Dans le Theravada ou le Hinayana la prière du refuge s'énonce : « Je prends refuge dans le Bouddha, dans le Dharma, dans le Samgha ».
Dans le Mahayana ony ajoute : « ... pour libérer tous les êtres vivants de l'océan du samsara ». C'est l'aspiration altruiste.
Comme le dit Chogyam Trungpa: "En prenant le Voeu du bodhisattva, nous décidons de ne plus être les instigateurs de plus de chaos et de souffrance dans le monde, mais nous allons en être les libérateurs, les bodhisattvas, travaillant pour nous-mêmes ainsi que pour et avec les autres."

29 Juillet 18h30-21h00: Explication de l'Amour et de la Compassion

L'amour et la compassion sont les causes directes de l'Esprit d'Eveil. Sans une compassion véritable, il est impossible de développer l'Esprit d'Eveil, Bodhicitta, qui est lui-même la cause indispensable de l'Eveil.
L'amour, c'est de souhaiter que tous les êtres soient heureux et obtiennent les causes du bonheur.
La compassion, c'est de souhaiter que tous les êtres ne soient plus malheureux et soient libérés des causes de la souffrance.
Il est naturel d'éprouver de l'amour et de la compassion envers lêtre que nous chérissons le plus, comme notre mère qui est l'exemple même du don de soi.
D'après Shabkar un célèbre yogi tibétain :
« L'homme compatissant est un Bouddha; Dénué de compassion, il est le Seigneur de la Mort.
Avec la compassion, la racine du Dharma est plantée; Sans compassion, elle pourrit.
L'homme compatissant est bon, même en colère, Dénué de compassion, il tue avec le sourire.
L'homme compatissant transforme ses ennemis en amis; Pour l'insensible, même l'ami devient ennemi.
Qui a la compassion possède tous les enseignements; Qui ne l'a pas n'en possède aucun.
La grande compassion est la Gemme des Souhaits.
Elle comblera les espoirs d'autrui et de soi-même. »

30 juillet 18h30-21h00: Les Huit-Points de la pratique considérant la vie comme un rêve

Extrait des Chants d'Expérience de Jetsun Drakpa Gyaltsen. Ce Chant reprend la totalité du Dharma en exposant en huit points cette pratique qui voit chaque en chaque phénomène une illusion.

1. Ne soyez pas distrait par des apparences extérieures; Observez votre esprit.
2. Évitez les endroits bondés; Cherchez la solitude.
3. Soyez constant dans votre pratique; Ne cherchez pas de résultat.
4. Laissez votre esprit être vulnérable; Devenez pur comme un enfant.
5. Ne vous soumettez pas à de petits raisonnements; Pratiquez la folle sagesse.
6. Ne prétendez pas être un maître réalisé.
7. Combinez les pratiques du calme mental et de la méditation analytique.
8. Considérez tous les êtres sensibles égaux; Pratiquez l'équanimité.


31 juillet 18h30-21h00: La Mélodie de la transformation de l'Esprit

Nombre de pratiquants reçoivent des enseignements, des initiations et des transmissions mais, à cause de leur ignorance, ne pratiquent pas correctement.
Ils n'obtiennent pas les bénéfices attendus et stagnent dans le samsara. C'est pourquoi, dans ses Chants d'Expérience, Jetsun Drakpa Gyaltsen exhorte ses disciples à être fort diligents dans leur pratique pour échapper au cycle douloureux des naissances et des morts.

Rendez-vous au Casino Municipal de Biarritz, Salles des Commissions;
Horaires: de 18h30 à 21h00 tous les jours.



Pour téléchager le forumlaire d'inscription: cliquer ici...



Autobiographie de Son Éminence Ratna Vajra Rinpoche:



Tout d'abord j'aimerais expliquer brièvement l'origine du bouddhisme tibétain. Vous le savez, afin de mener les êtres de la souffrance et l'insatisfaction au bonheur temporaire puis ultime, le Seigneur Bouddha Shakyamuni a tourné la roue du Dharma, conférant nombre d'enseignements selon les dispositions mentales des disciples de tous niveaux.
Il a enseigné en différents lieux, à différents moments et dans différentes langues. Ses Enseignements ont ensuite été consignés dans le Tripitaka, ou trois corbeilles: Vinaya, Sûtra et Abhidharma.
Plus tard, des commentaires détaillés ont été rédigés par différents maîtres hautement réalisés et de grands pandits indiens. Pendant plusieurs siècles, les enseignements du Seigneur Bouddha se sont répandus dans d'innombrables pays avec succès. C'est ainsi que sous le règne de Roi Dharma Lha Tho Tho Ri Tsen Nyen, vers l'an 333, le Dharma du Bouddha est arrivé au Pays des Neiges (1).
Plus tard, au VII siècle, le roi Songtsen Gampo désignera le bouddhisme comme religion officielle du Tibet. Enfin en 632, le Roi Dharma Trison Detsen invite le Bodhisattva Shantarakshita et le célèbre Guru Padmasambhava à consolider les vastes enseignements des Sûtras, Tantras et Shastras au Tibet. Ces enseignements sont toujours conservés par les grands maîtres du bouddhisme tibétain. Maintenant, je vais vous expliquer l'histoire de ma famille ou de ma Lignée. Ma famille est connue sous le nom de la famille Khön. Ses origines remontent à des milliers d'années. À cette époque, mes ancêtres descendaient directement de Royaume Céleste (2). Après quelques générations, l'un des membres de la famille Khön connu sous le nom Yapang Kye a subjugué les Rakshas c'est pourquoi sa famille reçut le nom de «Khön» (3).
Des siècles plus tard, en 1073, un membre de la famille Khön, un maître de renom appelé Khön Könchok Gyalpo, fonde la glorieuse école Sakya4, l'une des quatre écoles du bouddhisme tibétain. Depuis ce temps, les générations de la famille Khön se sont succédées en une lignée ininterrompue. Beaucoup de maîtres éminents et célèbres ont fait leur apparition dans cette illustre lignée Khön, à commencer par les cinq grands fondateurs de l'Ordre Sakyapa: le Grand Sachen Kunga Nyingpo (1092- 1158), Lopön Sonam Tsemo (1142-1182), Jetsun Dragpa Gyaltsen (1147-1216), Chöje Sakya Pandita (1182-1251) et Drogön Chögyal Phagpa (1235-1280) (5). Tous sont des émanations d'Arya Manjushri, manifestation de la sagesse de tous les bouddhas ; d'Avalokiteshvara, manifestation de la compassion de tous les bouddhas et de Vajrapani, manifestation de la puissance de tous les bouddhas. Un jour, le roi mongol, Godan Khan (4), petit-fils de Gengis Khan, invite Choje Sakya Pandita et Drogön Chogyal Phagpa en Chine, où ils restent un certain temps. Cela a permis d'établir une relation entre l'École Dharmique Sakya, le peuple chinois et le peuple mongol. Drogön Chögyal Phagpa a créé l'écriture mongole, puis à la demande de l'un des rois mongols, il est devenu Roi du Tibet.
Ainsi, depuis la fondation de l'École Sakya jusqu'à présent, les membres de la famille Khön ont joué un rôle très important, non seulement dans l'école Sakya elle-même, mais dans le bouddhisme tibétain en général. Ils ont su conserver et propager les enseignements précieux et profonds du Bouddha à bien des égards. Ils ont composé de nombreux textes qui expliquent avec précision les enseignements sacrés et secrets du Seigneur Bouddha Shakyamuni. Par leurs traités de philosophie et en participant à des débats, ils ont été les premiers à établir une base logique pour la croyance en les enseignements du Bouddha.
Le glorieux Ordre Sakya a prospéré grâce à une lignée ininterrompue d'érudits et de Mahasiddhas. Sa renommée se répand partout. De nombreuses histoires anciennes et des écrits de grands érudits de toutes les écoles décrivent sans exagération ni préjugé sectaire leurs saints efforts et activités pour répandre la lumière des précieux enseignements du Bouddha.
Mon Noble Père, Vajradhara Ngawang Kunga Theckchen Palbar Trinley Samphel Wangi Gyalpo, chef suprême de l'école Sakya , Sa Sainteté le quarante et unième Sakya Trizin, est né comme héritier de Vajradhara Kunga Rinchen Ngawang du Dolma Phodrang (6), renforcant et pérennisant toujours la précieuse lignée pour le bien des êtres sensibles.
En 1974, pour maintenir la lignée ininterrompue de la famille Khön, Sa Sainteté Sakya Trizin, à la requête de nombreux lamas et de sa tante, consent et accepte pour Dagmo (pour consort), Tashi Lhakee. Elle est la fille d'un ministre du roi de Dege dans le Kham, une province à l'Est du Tibet. Son arrivée au Dolma Phodrang s'accompagne de nombreux signes de bon augure.
Le 19 Novembre 1974, 5e jour du mois lunaire, à 09h10 heure indienne, Dagmo Kusho Tashi Lhakee me met au monde à Kalhan, l'hôpital de Dehra Dun, en Inde. Grâce à la bonté de Mama Lak (ma mère), j'atteint cette précieuse vie humaine. J'ai ainsi la chance de rencontrer de nombreux maîtres et de recevoir de nombreux saints enseignements précieux et profonds. Ma Mère est aussi très bonne avec moi dans de nombreux autres domaines.
Peu de temps après ma naissance, mon Noble Père me rend visite. Il effectue les cérémonies traditionnelles et me donne de nombreuses pilules bénies. Il trace également la lettre tibétaine DHIH (syllabe germe de Manjushri) sur ma langue avec des pilules de sagesse et de l'eau safranée afin d'accroître mon savoir et ma sagesse. Le 23 Novembre, j' entre pour la première fois au Palais. Mon Noble Père accomplit des rituels et des initiations à mon intention et me donne pour nom: Ratna Vajra. Le 23 Décembre, je pars au Sakya Center de Rajpur où les moines et les laïcs me rendent un accueil traditionnel. Par la suite, j' accompagne mon Noble Père, Mama Lak et leur Suite à Lumbini, le palais de naissance du Bouddha Shakyamuni. Là, mon Noble Père s' entretient avec Kyabje Chogye Trichen Rinpoche et décident de me donner le nom officiel de Ngawang Kunga Lodrö Wangchuk Rinchen Trinley Jigme, combinaison des noms des gurus racine de mon Noble Père et de ceux du Dolma Phodrang. Sur cette base, Kyabje Chogey Trichen Rinpoche écrit ma prière de longue vie.
Nous visitons ensuite Boudha au Népal. Le 29 du mois lunaire, anniversaire de Jamgon Loter Wangpo, une cérémonie d'intronisation traditionnelle est organisée au Tharig Monastery de S.E. Chogey Trichen Rinpoche. J'ai environ cinq mois. C'est à cette occasion que ma prière de longue vie est chantée pour la première fois. Pendant le chant, une personne m' offert une biographie de Vajradhara Kunga Sangpo Ngorchen écrite en or. J'ai la chance de recevoir cette sainte biographie sans que ceci soit programmé à l'avance.
Le 5 Juin 1975, mon Noble Père me confère les voeux du refuge face à la précieuse image de Bouddha. En 76, je visite Darjeeling, le Ladhak et le sud de l'Inde avec mon Noble Père et Mama Lak. En 77 avec Mon Noble Père et Mama Lak je voyage pour la première fois en Asie du Sud Est, en Europe et en Amérique du Nord pendant plus de 16 mois. C'est dans ces pays que je commence à parler l'anglais mais sans pouvoir le lire. Depuis, j' accompagne mon Noble Père en Inde et à l'étranger : l'Australie, l'Autriche, le Canada, l'Angleterre, la France, l'Allemagne, la Hongrie, l'Italie, la Malaisie, Monaco, le Népal, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, l'Ecosse, Singapour, l'Espagne, la Suisse et les États-Unis d'Amérique. Le 5 Juillet 1979, dixième jour du cinquième mois lunaire, anniversaire de la naissance de Guru Padmasambhava, mon frère cadet Dungsay Gyana Vajra Rinpoche naît avec des signes de bon augure. Au matin du 3 Octobre, après une cérémonie traditionnelle pour marquer le début de mes études, Noble Père me donne la transmission orale de l'hommage à Manjushri et m' apprend l'alphabet tibétain etc. plusieurs mois durant. En 80, mon tuteur Guélong Rinchen Sangpo arrive de Kalimpong. Il m' enseigne la lecture, l'écriture, l'histoire et la grammaire etc. pendant des années. Il est très gentil avec moi et fait beaucoup d'efforts pour m'aider à accroître mes connaissances. Le 14e jour du 11ème mois lunaire, jour faste de l'anniversaire de Jamgon Sakya Pandita (20 Décembre 1980), je reçois pour la première fois le cycle des précieux enseignements Non Communs du Lam Dre de mon Noble Père entouré de grands lamas, Tulkus, abbés, plus de 700 moines et moniales, et environ 500 fidèles laïcs dont un grand nombre d'occidentaux, au monastère Sakya Namgyal Thubten Ling à Puruwala en Inde.
Le 10 Octobre 1981, à presque 7 ans, en présence de mon Noble Père, mon maître de stage et des membres éminents du Centre Sakya, je passe mon premier examen oral sur le Souvenir du Triple Joyau, le Sutra des Trois Tas, le Sutra de la Confession et les longues prières aux Gurus de la Lignée, etc. Ensuite, je passe plusieurs examens oraux y compris celui où je dois diriger un rituel particulier au Monastère Sakya. En 86, je fais ma première retraite avec Mama Lak. Le 14 Janvier 1987, je commence à apprendre de mon Noble Père les mélodies des différents rituels.
En 90, je rejoins le Sakya College pour y étudier la philosophie bouddhiste principalement sous la tutelle du Vénérable Khenpo Ngawang Kunga Lekshey Rinpoche , le défunt Khenpo Tsering Migmar, pendant de nombreuses années. Je reçois le diplôme de Kachupa, l' équivalant du baccalauréat.
Je reçois beaucoup d'enseignements exotériques et ésotériques de mon Noble Père : transmissions de pouvoirs, bénédictions, initiations, transmissions orales, explications et instructions essentielles. Je ne peux exprimer avec des mots la gentillesse et les conseils qu'Il a me prodigue sans relâche. C'est inexprimable et inimaginable. Il est mon Guru Racine, mon Bouddha, ma Déité, mon Dharma et mon Sangha. Je reçois également de nombreux enseignements sacrés et secrets de nombreux Vajradharas comme : Sa Sainteté le 14e Dalaï Lama, Kyabje Chogey Trichen Rinpoche, Kyabje Luding Khenchen Rinpoche, Kyabje Dungsay Gyana Vajra Rinpoche, Kyabje Luding Khen Rinpoche et du défunt Kyabje Deshung Rinpoche. Le grand Lama Jamgon Sakya Pandita a dit que, celui de ce qui l'on reçoit des enseignements non communs du Mahayana est un authentique Bouddha. Donc, tous ces grands maîtres sont, pour moi, des saints.
Puis je suis aussi l'élève de grands érudits et des plus vénérables Khenpos de l'école Sakya, comme Appey Khen Rinpoche, Khenpo Kunga Wangchuk Rinpoche, Khenpo Ngawang Kunga Lekshey Rinpoche et Khenpo Lungrik Senge Rinpoche . Avec eux, j' étudie les textes majeurs de la philosophie bouddhiste : l'Abhidharma, la Prajnaparamita , le Pramana, et le Madhyamaka et le Trisamvaraprakarana, le célèbre texte du Grand Sakya Pandita : La Parfaite Distinction des Trois V'ux. Je me sens toujous extrêmement redevable à l'égard de ces maîtres qui, avec une bonté inexprimable, m'ont conféré de nombreux enseignements précieux et profonds, ce qui est plus rare et encore plus fortuné que de trouver le joyau qui-exauce-tous-les- souhaits !
Avec le Vénérable Nyima Woser j' apprends les mélodies des rituels et à jouer des instruments de percussion. Et l'anglais avec plus de dix enseignants différents, chacun pour une courte période.
Ainsi j'ai obtenu une précieuse vie humaine et j'ai aussi rencontré et reçu les enseignements du Bouddha vastes comme des océans de nombreux grands Gurus. Toutefois, en raison de mon manque d'intérêt et d'effort, je n'ai pas aujourd'hui une bonne éducation et je ne suis pas, en vérité, un bon pratiquant du Dharma. Cette autobiographie est fondée sur la meilleure partie de ma vie. J'ai écrit cela en Octobre 2001. Et en Juin 2002 je l'ai révisé avec Dolma Lhamo ».
Addendum :
Le 12 septembre 2002, Son Éminence épouse Dagmo Kalden Dunkyi, fille de M. Lundrup Topden et de Mme Yangchen Drolkar au Sakya Dolma Phodrang. Conformément à la tradition de Sakya, le mariage est gardé secret pendant quelque temps. Les parents les plus proches des jeunes mariés étaient les seuls invités. Leur premier enfant est une fille, Son Éminence Jetsun Kunga Trinley Palter Sakya née le 2 janvier 2007, jour du Paranirvana de Sakya Pandita gratifiée ainsi d'un excellent signe pour sa vie future.
Puis naît un fils, Son Éminence Akasha Vajra Rinpoche, le 27 mars 2010 à New Delhi. Sa naissance a lieu le 12ème jour du 2ème mois du calendrier tibétain, date anniversaire du Paranirvana de Jetsun Dragpa Gyaltsen, un des Cinq Pères fondateurs de l'École Sakya. Sa naissance est accompagnée d'un léger tremblement de terre, signe qu'un grand être arrive dans ce monde.

Notes du traducteur :
1
Il reçoit du ciel une petite cassette contenant deux sûtra et un petit stupa avec le mantra de Chenrezig. N'en comprenant pas la signification, il conserve l'ensemble pieusement.
2
Le Royaume de la Claire Lumière, ABHASVARA, l'un des 17 Royaumes de la Forme. Trois frères descendent sur la Terre et s'établissent à Shelkar « La Montagne de Cristal », aujourd'hui Namla près de la Mongolie. Ils étaient connus par les Humains comme les LHARIG = Êtres Célestes.
3
Yapang Kye ayant vaincu les Yaksha, épouse la veuve de leur chef vaincu le roi Simpo Drakmema. Ils ont un fils qu'ils nomment K HÖ N BA R KY E signifiant Né entre Hostilité et Amour
4
Khön Rog Sherab Tsultim, fils de Sakya Lodrö, maître accompli de Vajrakylaya décida que, désormais, seules seraient enseignées les nouvelles pratiques tantriques provenant directement d'Inde. Il envoya son jeune frère Khön Könchog Gyalpo (1034-1102) étudier sous la haute autorité du célèbre traducteur Drokmi Lotsawa (992-1074), contemporain de Palden Atisha. De retour au Tibet à 40 ans, Khön Könchog Gyalpo bâtit un monastère sous une grande tache blanche sur la montagne de Peupori en forme d'éléphant. La prophétie d'Atisha s'accomplissait. En ce lieu même, quittant les montagnes en direction de Theling, Palden Atisha apercevant deux Yacks sauvages sur la montagne de Peupori, avait prédit l'apparition de deux aspects de Mahakala, puissant protecteur du Dharma. Puis, dans la grande tache de terre, blanche comme un miroir sur le flanc sombre de la montagne, il vit sept lettres lumineuses DHIH, symbole du mantra de Manjushri. Puis les lettres racines HRIH et HUNG symboles d'Avalokiteshvara et de Vajrapani. Il expliqua à son entourage, que 7 émanations de Manjushri ainsi qu'une d'Avalokiteshvara et de Vajrapani apparaîtraient ici même pour le bénéfice de tous les êtres vivants.
5
Et devinrent les 5 premiers Sakya Trizin, les détenteurs du Trône Sakya
6
En 1244, Godan Khan invita Sakya Pandita en Mongolie. Il vint acompagné de ses neveux Drogön Chögyal Phagpa âgé de 10 ans et de Chagna Dorje 6 ans. Ils atteignirent le camp de Godan à Liangzhou dans l'actuelle province de Gansu en 1247. Là, les troupes mongoles exterminaient les Chinois Han en les jetant dans un fleuve. Horrifié, Sakya Pandita donna des instructions religieuses, notamment que tuer un être est un des pires actes selon le Dharma du Bouddha. Sakya Pandita impressionna les proches du prince par sa personnalité et ses puissants enseignements. Il aurait aussi guéri Godan d'une maladie de peau tenace. En 1253, des années après la mort de Sakya Pandita et de Godan Khan, l'empereur Koublaï Khan invita à sa cour Drogön Chögyal Phagpa. Phagpa initia l'empereur au tantra d'Hevajra. Puis le Khan demanda à Chögyal Phagpa de concevoir une nouvelle écriture qui permettrait de transcrire toutes les langues de son empire. Phagpa modifia l'écriture tibétaine pour créer une nouvelle série de caractères appelée depuis écriture Phagspa, achevée en 1268. Koublaï Khan fut tellement impressionné par sa prestation qu'il fit du bouddhisme la religion d'État de la Mongolie. Il lui offrit aussi le pouvoir temporel sur les trois provinces du Tibet. Phagpa fut-il le premier dans l'histoire à cumuler les pouvoirs spirituels et temporels sur le Tibet tout entier. À sa mort, c'est son frère Chagna Dorje qui lui succéda. Le règne des Sakyapa sur le Tibet dura ainsi plus d'un siècle.
6
Drölma Phodrang est le Palais Khön-Sakya de Sa Sainteté Sakya Trizin = Palais de Tara Verte